Comment j’ai trouvé mes 1ers clients en freelance

par | 24 Août 21 | Entrepreneuriat

Avant de me mettre à mon compte, j’ai travaillé pendant 5 ans en agence de communication. Lorsque je me suis lancée dans le freelancing, je n’avais qu’une idée très approximative de comment trouver des clients. Il a fallu plusieurs mois (voir plusieurs années) et un bon nombre de tests plus ou moins concluants pour que je trouve finalement ce qui me correspondait et fonctionnait le mieux pour moi et mon entreprise.

👉 Cet article est un bon moyen pour moi de faire le bilan de tout ce que j’ai testé. Et sait-on jamais, peut-être y trouveras-tu quelques pistes si toi aussi tu es dans cette phase si redoutée !

De la prospection directe

En sortant d’agence, je ne cache pas que ma vision de la prospection était surement très archaïque : un téléphone, la liste des quelques agences de communication qui auraient éventuellement pu faire de la sous-traitance avec des free et en avant ! 🚀 Je simplifie mais ce n’est pas si loin de la vérité. Ayant travaillé quelques temps en sous-traitance avec mon ancienne agence, quand celle-ci a fermé j’ai cherché à reproduire ce même modèle. Après avoir récupéré les coordonnées de toutes les agences de la région, j’ai commencé à les appeler ou à leur envoyer des mails pour me présenter et proposer mes services. Le souci de ce type de prospection ? Il s’agit d’une prospection à froid : c’est-à-dire que je ne contactais que des personnes qui n’avaient jamais entendu parler de moi et dont j’ignorais même s’ils leur arrivaient de sous-traiter certains de leurs dossiers à des freelances.

👉 Bilan de l’opération ? Beaucoup d’appels, de mails pour très peu de réponses (qu’elles soient positives ou négatives d’ailleurs). Cette technique n’est donc clairement pas l’idéal, et pourtant dans l’esprit de beaucoup de personnes elle s’impose souvent comme LA méthode incontournable quand on débute.

Non seulement, elle ne m’a pas apporté un seul client mais comme elle me mettait en plus de ça très mal à l’aise, j’ai vite abandonné mes efforts dans cette direction pour chercher une méthode où je n’aurais pas la sensation de déranger les personnes que je contactais. 🙈

M’inscrire sur des plateformes comme Malt

Une autre façon de proposer ses services pour trouver des clients sur internet est de s’inscrire sur des plateformes qui mettent en relation des freelances avec des professionnels à la recherche de prestataires. Je vais être honnête : je ne sais plus comment j’en suis venue à m’inscrire sur ce type de plateformes (surement en tapant « comment trouver des clients quand on est graphiste freelance » sur Google). J’ai donc rempli mon profil et attendu que quelqu’un se rende compte à quel point ça serait vraiment super de faire appel à moi pour son projet. 🤭

En vain.

Le problème de ce type de plateforme ? Le manque de visibilité et beaucoup d’arnaques… A part des mails clairement non professionnels, je n’ai eu aucun contact sérieux. J’ai fait beaucoup de devis, mais comme le site propose tous types de prestataires, beaucoup de clients potentiels finissent par choisir des prestations à prix cassés, bien en dessous du marché.

Bref, une grosse désillusion pour moi mais qui a au moins eu le mérite de me confronter à la réalité du freelancing : la très grande diversité des profils de freelances pas toujours très professionnels que cela soit dans la qualité de leurs prestations que dans les tarifs pratiqués. 

Essayer de faire fonctionner mon ancien réseau d’agence

C’est suite à cette déception sur ces plateformes que j’ai envisagé de recontacter certains anciens clients de l’agence dans laquelle j’avais travaillé. Pas de concurrence déloyale puisque cette dernière avait mis la clé sous la porte et en ayant déjà travaillé avec eux, j’étais sûre de leur sérieux, je ne prenais donc pas de risques. Problème : je n’étais pas la seule graphiste de l’agence a être passée en freelance… Et cette idée je n’étais pas la seule à l’avoir eu ! 😅

En soit, faire fonctionner son réseau est loin d’être une mauvaise idée en prospection : les personnes ne sont pas des prospects froids puisqu’ils nous connaissent déjà et ils auront donc plus de facilité à se projeter dans une éventuelle collaboration. Le réseau est donc très utile et le fait de « l’activer » et de le faire vivre fini très généralement par être payant.

Est-ce que j’étais donc déçue de ne pas pouvoir compter sur ces anciens contacts ? Et bien finalement non. Car c’est à ce moment-là que j’ai mis le doigt sur un point essentiel pour mon activité : le choix de la cible avec laquelle je souhaitais travailler. Je me suis rendue compte que j’étais finalement plutôt soulagée de ne pas avoir à recontacter mes anciens clients, car je ne souhaitais plus travailler pour des professionnels de ce type d’activités (à savoir des petites PME).

Redéfinir la cible avec laquelle je souhaitais travailler

Lorsque j’ai compris que je n’avais plus envie de travailler avec des entreprises, tout naturellement la question du « mais avec qui veux-tu vraiment travailler alors » est venue. C’en est suivi une période plus ou moins longue de questionnements afin de réfléchir à la direction que je souhaitais prendre avec mon studio graphique. Pour la première fois, je ne « subissais » pas mon activité en papillonnant à droite et à gauche dans le seul but de faire rentrer des projets quels qu’ils soient, mais je me demandais vraiment quelle vision je souhaitais se voir réaliser dans les années à venir.

La réponse a fini par faire « pop » de façon finalement évidente : j’avais envie d’aider des personnes comme moi, qui se lançaient seules dans la grande aventure entrepreneuriale et qui avaient de ce fait besoin de se créer une image de marque qui leur permettraient de gagner en crédibilité. 👍🏻

A partir du moment où ce choix a été fait, tout a finalement été beaucoup plus simple en termes de recherches de clients. Pourquoi ? Parce que dorénavant, je savais à qui je m’adressais.

Choisir de réaliser des projets gratuitement

Paradoxalement, suite à cela, j’ai mis entre parenthèse ma recherche active de clients. Car avec cette nouvelle cible que je m’étais choisie est venu un constat sans appel : je n’avais absolument pas le book adéquat pour espérer convaincre des entrepreneurs de travailler avec moi. Question de bon sens : difficile de faire confiance à quelqu’un qui n’est pas capable de vous montrer des projets similaires au sien.

Pour pallier ce manque et pour étoffer mon portfolio avec des projets pertinents, j’ai donc fait le choix de proposer mes services… gratuitement. Ce point fera surement bondir certains professionnels. 🙈 Je suis d’accord avec l’adage bien connu « tout travail mérite salaire ». Mais je nuancerais toutefois ce propos, car je pense vraiment que lorsqu’un travail gratuit est réalisé dans un objectif très précis de développement et que ce n’est qu’une phase temporaire destinée à servir cet objectif, cela peut être bénéfique voir même nécessaire. 👍🏻

J’ai donc choisi soigneusement certaines marques qui, je le savais, pouvaient bénéficier de mon expertise pour retravailler leur image et refaire leur logo. Grâce à cela, j’ai pu donner la direction artistique que je souhaitais à mon book, et j’ai pu bénéficier d’un peu de visibilité grâce à ces comptes de créateurs. 

Etre présente sur instagram et développer ma stratégie de contenus

Parallèlement à cela, c’est à cette période que j’ai commencé à être très active sur le réseau social instagram. Je n’ai pas voulu me disperser et ai fait le choix de n’être présente que sur le réseau social dont le format me plaisait le plus, pour garder du plaisir à créer du contenu pour ma cible qui y est très présente. C’est également à ce moment-là que j’ai lancé mon blog et que j’ai commencé à écrire des articles. Je prends beaucoup de plaisir à faire cela, et cela tombe plutôt bien car la stratégie de contenus (c’est son petit nom) est une vraie méthode pour trouver des clients. 🙏

Evidemment, il ne s’agit pas de poster ses photos de vacances ou ses recettes de cuisines. L’idée est de poster des contenus de qualité, directement en lien avec son métier, qui répondent aux problématiques rencontrées par sa cible. Une façon de démontrer son expertise de façon non invasive et utile qui à la longue contribuera à alimenter un certain capital confiance auprès de sa cible.

Mon aspect préféré de ce type de « prospection » (si on peut encore appeler ça comme ça) : je ne dérange personne ! Je présente mes compétences, je donne des conseils, je montre que je suis disponible et prête à aider ma cible, mais je n’envahis l’espace de personne. Fini les messages de prospection directe qui tombent comme un cheveu sur la soupe. 🎉

Grâce à la stratégie de contenus, c’est ma cible qui me contacte directement, parce qu’elle me connait, qu’elle a consommé mon contenu, et surtout parce qu’elle a besoin de moi ! C’est une méthode qui convient parfaitement à mon côté introverti, et même si elle met un peu de temps à porter ses fruits (le temps d’apporter de la valeur sur suffisamment de temps pour que ta cible de considère comme quelqu’un de fiable finalement), cela vaut vraiment le coup ! 80% du temps mes nouveaux clients arrivent par ce biais. Et comme les personnes qui me contactent me connaissent déjà, connaissent mon travail et les offres que je propose, je signe la majorité de mes devis. Une réussite sur tous les niveaux donc ! 

 ➔ Créer une newsletter

Une autre alliée directe à cette création de contenu est la newsletter que j’ai mis en place. Elle me permet de créer un lien plus direct et de ce fait plus intime avec une partie de ma cible. Il s’agit d’un moyen très efficace en terme de conversion, et je sais que je ne l’utilise pas encore de façon assez régulière et stratégique. Cela fera surement partie d’une future évolution qui viendra en parallèle de celle de certains de mes services, notamment avec la création de formations.

Mais si tu songes à mettre en place cela pour ton business, n’hésite plus : même si je n’ai pas un retour aussi étayé que pour les autres choses que j’ai pu tester plus en profondeur, tous les retours que j’ai pu avoir sur cette méthode sont unanimes : le taux de conversion est vraiment excellent. 

Le bouche-à oreille, enfin !

Et ce qui est génial quand les efforts que tu as mis en place pour attirer des clients à toi fonctionnent c’est qu’en général cela fait effet boule de neige. Car non seulement tu attires des personnes qualifiées mais en plus de cela tu commences à bénéficier du bouche-à-oreille et des recommandations de tes anciens clients satisfaits de ton travail. 🙏

Bien sûr il y a aura toujours des périodes plus creuses que d’autres en terme de projets. À l’heure où j’écris cet article, en plein milieu du mois d’août, on ne peut pas dire que je croule sous les demandes de contact. Mais pour la première fois depuis longtemps, je suis plutôt sereine car je sais que ma méthode fonctionne sur la durée et que les fruits de ma création de contenus de cet été devraient pouvoir être cueillis en septembre ! 🤞

Découvre les coulisses

Chaque semaine je partage avec toi les coulisses de ma vie de graphiste freelance, accompagné de conseils et d’outils concrets pour ton entreprise. Bonne humeur et naturel garantis !

.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *